PARAVENT

design

mobilier événementiel pour l’aménagement de la Verrière / PARAVENT

roubaix_web_01

roubaix_web_04

roubaix_web_02

roubaix_web_03

Roubaix (59) France /// moa: la Condition Publique de Roubaix /// c: – /// s: 380 m2 /// appel à projet, 2016

Dans son fonctionnement actuel, deux identités semblent caractériser la Condition Publique: 1-un bâtiment accueillant des évènements culturels attirant un large public; 2-un espace de résidence et de travail pour des usagers quotidiens. Pour parvenir à devenir véritablement une “manufacture culturelle”, il manque à la Condition son “Tiers Lieu”, celui qui peut être approprié quotidiennement par les riverains et opère le lien désiré entre la vocation culturelle du bâtiment et son voisinage. Si de nombreuses initiatives soutiennent cette volonté d’échange, il manque néanmoins le principal, c’est-à-dire un “lieu” physique et clairement défini.

Au centre de la Condition Publique se trouve la Verrière, à l’articulation de lieux à usage permanent (le restaurant, les ateliers) et à usage temporaire (la grande salle). C’est un espace monumental, un vaste volume centré, aux proportions nobles et baigné de lumière zénithale. L’impression de volume et de monumentalité est accentué par la forte résonance sonore. Aujourd’hui, les usages de la Verrière se calquent sur la double identité de la Condition Publique: 1-c’est un lieu de passage intimidant entre la billetterie et la salle de spectacle ou le restaurant; 2-c’est un lieu d’exposition temporaire qui pour exister dans un tel volume nécessite forcément des moyens importants.

Les qualités spatiales de la Verrière ne permettent pas son appropriation spontanée. Pour que le troisième lieu soit possible, il faut le placer “au centre”, c’est-à-dire lui donner la priorité symbolique sur les autres utilisations: ce sont les usagers du troisième lieu qui permettront le passage des spectateurs vers la salle de concert et non l’inverse, tout comme ils “autoriseront” des installations temporaires monumentales plutôt que de venir occuper le lieu quand il n’est pas utilisé.

Pour que la Verrière appartienne aux usagers du troisième lieu, il faut que le vocabulaire constructif de la salle leur soit dédié, sans confusion possible. Nous proposons donc de terminer le projet de Patrick Bouchain  en prolongeant un élément constructif au coeur de la réalisation : le plénum en bardage bois. Patrick Bouchain a utilisé ce vocabulaire simple pour redonner une forme identifiable à la salle tout en y intégrant les nouvelles contraintes techniques (acoustique, électrique, ventilation etc.) Nous proposons d’utiliser ce même vocabulaire pour l’ensemble des éléments du troisième lieu : des parements constitués de planches de bois se déclinent en mobilier par un jeu simple de modules. La fonction première de la Verrière “devient” celle d’être un espace appropriable.

 

SCHEMAS