SOL, PATRIMOINE, PAYSAGE

paysage

SOL, PATRIMOINE, PAYSAGE

sol patrimoine paysage_web_01

sol patrimoine paysage_web_02

Maîtrise d’oeuvre et maîtrise d’ouvrage de la qualité environnementale /// Université Paris Est ///  mémoire de fin de formation, 2015

Depuis 1994, l’UNESCO intègre à la liste du patrimoine mondial des espaces non-bâtis, sous la dénomination de « paysages culturels ». La classification a pour objectif de « préserver un paysage présentant une interaction remarquable entre une société humaine et un milieu », le plus souvent issu de conditions historiques et géographiques particulières. Cette notion du paysage comme patrimoine appelle deux remarques : 1- la spécificité même des lieux classés et leur dimension historique les constituent de fait comme différents des paysages « normaux » et ne concerne qu’une infime partie des espaces non urbanisés. 2- l’intention de protéger un « paysage » met en avant ce qui est vu (des cultures, une végétation) au détriment du constituant (le sol et les relations au vivant)

Dans le même temps, les surfaces arables disparaissent de manière exponentielles (d’après le ministère de la culture, 600 km2 de surfaces agricoles sont artificialisées en France chaque année) Le sol arable est une ressource non renouvelable dont l’élaboration est le résultat d’une interaction longue entre une société humaine et un milieu. La relation au sol est également à la base de la fabrique du paysage, de ses logiques sous-jacentes, trames, occupation, façonnements, etc.

A partir de ce double constat, comment faire évoluer la notion de patrimoine dans l’objectif nécessaire de conservation des sols arables, et de maintenir ainsi la possibilité de paysages ?

sol, patrimoine, paysage

sol patrimoine paysage_web_03

sol patrimoine paysage_web_04

sol patrimoine paysage_web_05

sol patrimoine paysage_web_06

sol patrimoine paysage_web_07

sol patrimoine paysage_web_08